Location: Accueil / Articles / Interview de Catherine Salvadori sur l’Inceste Maternel

Interview de Catherine Salvadori sur l’Inceste Maternel

“TOUTE DE NOIR VÉCUE, VIOLÉE PAR SA MÈRE”, CATHERINE SALVADORI LÈVE LE VOILE SUR LE TABOU DE L’INCESTE MATERNEL PAR FRÉDÉRIC VIGNALE

"Toute de noir vécue, violée par sa mère", Catherine Salvadori lève le voile sur le tabou de l'inceste maternel

Catherine Salvadori a grandi dans une famille d’artistes issue de l’aristocratie entre non-dits et secret(s). Son enfance traumatisée par une mère déficiente et toxique et la mort prématurée de son père ont pour conséquence une vertigineuse descente aux enfers : maltraitance, viols, héroïne et incarcération se succèdent jusqu’à la rencontre avec une psychanalyse libératrice.
Elle a décidé d’en faire un livre-témoignage courageux qui lève le voile sur cet immense tabou qu’est l’Inceste Maternel. Son courage et cette mise en lumière aideront nous l’espérons à médiatiser ces abus qui font des victimes contraintes à la souffrance et au silence…. Entretien sans filtres avec Catherine Salvadori auteure de “Toute de noir vécue”.

1. Bonjour Catherine Salvadori dans votre livre au très beau titre féminin et métaphorique « Toute de noir vécue » vous évoquez l’inceste maternel, sujet o combien tabou dans notre société. Doit-on ou peut-on mettre cet abus dans les violences des femmes, deuxième sujet très tabou et sensible ?

En effet, le viol de mère à fille, n’est que très rarement évoqué, et encore moins dénoncé. Au nom de la sacro-sainte MÈRE.

2. Combien de victimes sont touchées par l’inceste maternel ? Je suppose qu’avoir des statistiques là-dessus est quasiment impossible ?

Si le nombre de victimes n’est pas connu, je sais que ces actes se perpètrent en silence. Un psychanalyste m’a dit que cela lui a été suggéré par sa patiente, mais non exprimé.

3. Est-ce que la Psychanalyse est le seul ou le meilleur moyen pour sortir de ce drame ?

La psychanalyse, un travail sur l’inconscient, peut être efficace, pour mettre à distance le traumatisme. Sans négliger d’autres thérapies…

4. Est-ce que vous avez eu des difficultés à publier un livre sur ce sujet et est-ce que celui-ci rend votre promotion difficile ?

Pour TOUTE DE NOIR VÉCUE, les refus de la part des belles maisons d’édition ont été légion ! Fermeture totale.
C’est un sujet qui dérange : la mère doit être une Madone…

5. Quels sont les plus grands clichés que l’on peut avoir sur l’inceste maternel ?

Plutôt que les clichés, je parlerai plus d’un silence omniprésent.

6. Comment la société peut lutter le plus activement contre l’inceste maternel ? En en parlant ? En faisant de la prévention ?

Mon objectif est de sensibiliser les victimes et autres aux conséquences désastreuses de ces actes criminels.
D’ailleurs, je souhaiterais que ce témoignage soit un prétexte à un film ou téléfilm.
Pour diffuser mon témoignage, au plus grand nombre.
Pour lutter contre ces déviances, portons la parole et brisons les tabous, autour de nous.
La prévention passe par une éducation et les accompagnements psy.

7. Comment expliquer le lien de corrélation quasi automatique entre les abus et les Addictions dont souffrent un grand nombre de victimes ?

Les addictions et autres comportements toxiques sont consécutives à un vide affectif, toujours plus grand.
Le travail sur soi est le moyen d’être conscient de ce vide terrifiant.
Mais en toute sincérité, je n’ai pu que constater les conséquences et dérives d’une enfance tronquée.

8. Je suppose que depuis la publication de votre livre vous avez reçu de nombreux témoignages analogues à votre vécu ?

Les mères ne sont pas parfaites et certaines sont déviantes.
La parole exprimée est un soin.
Les cas de viols de mère à fille sont rarement évoqués…
Je ne reçois que des cas de violences sexuelles commis par les pères ou proches, masculins.

8. Je vous laisse le mot de la fin chère Catherine.

Je souhaiterais transmettre mon expérience aux victimes de mère abusive,
Crever l’abcès en parlant, en osant briser l’omerta sur ce sujet tabou.
La psychanalyse peut permettre aux victimes de se trouver une identité et mettre à distance les traumatismes pour… vivre. Et briser la chaîne de répétition, si délétère.

“Toute de noire vécue”, Catherine Salvadori, témoignage autobiographique, Mon petit éditeur.

https://www.facebook.com/TouteDeNoirVecue/

 

Pour lire cette autobiographie de Catherine Salvadori : https://amzn.to/2ralL1z 
Voir l’article originalFrédérique Vignale pour Le Mague