Location: Accueil / Livre

Étiquette : Livre

Interview de Catherine Salvadori sur l’Inceste Maternel

“TOUTE DE NOIR VÉCUE, VIOLÉE PAR SA MÈRE”, CATHERINE SALVADORI LÈVE LE VOILE SUR LE TABOU DE L’INCESTE MATERNEL PAR FRÉDÉRIC VIGNALE

"Toute de noir vécue, violée par sa mère", Catherine Salvadori lève le voile sur le tabou de l'inceste maternel

Catherine Salvadori a grandi dans une famille d’artistes issue de l’aristocratie entre non-dits et secret(s). Son enfance traumatisée par une mère déficiente et toxique et la mort prématurée de son père ont pour conséquence une vertigineuse descente aux enfers : maltraitance, viols, héroïne et incarcération se succèdent jusqu’à la rencontre avec une psychanalyse libératrice.
Elle a décidé d’en faire un livre-témoignage courageux qui lève le voile sur cet immense tabou qu’est l’Inceste Maternel. Son courage et cette mise en lumière aideront nous l’espérons à médiatiser ces abus qui font des victimes contraintes à la souffrance et au silence…. Entretien sans filtres avec Catherine Salvadori auteure de “Toute de noir vécue”.

1. Bonjour Catherine Salvadori dans votre livre au très beau titre féminin et métaphorique « Toute de noir vécue » vous évoquez l’inceste maternel, sujet o combien tabou dans notre société. Doit-on ou peut-on mettre cet abus dans les violences des femmes, deuxième sujet très tabou et sensible ?
Lire la suite…

Interview de Catherine Salvadori pour la Gazette du Val d’Oise

Le Plessis-Bouchard : violée par sa mère, Catherine Salvadori témoigne dans un livre

Elle a écrit un livre intitulé Toute de noir vécue, Violée par sa mère.

Livre Toute de Noir Vécue

Extrait : Préface du livre

On croit souvent connaître ceux que l’on côtoie. Ce que l’on sait d’eux n’est que le fruit de la réminiscence des moments partagés et des émotions qui en découlent. En livrant « Toute de noir vécue », Catherine dévoile les matériaux qui la composent et les outils qui l’ont façonnée, apportant les éléments tangibles de sa construction, tant par l’action d’autrui, que par sa propre influence sur le cours de sa vie. Elle nous amène à nous questionner en termes de subjectivité sur le rapport à l’autre : ne peut-on exister qu’en fonction du regard d’autrui, ou bien de celui que je lui laisse porter sur moi ?

Le théâtre de la vie prend ici les aspects d’une épopée homérique. Une odyssée des temps modernes, dans laquelle le vaillant guerrier, tourmenté par les affres d’une bataille précoce, opposition de forces inégales dans le monde de l’insensé, aspire au repos, qui, pour lui prend les traits de l’abstraction, lui qui n’a connu que l’affront et le combat.
Lire la suite…